Étude > CAMPAGNE DE LA FONDATION ABBÉ PIERRE
2011

CAMPAGNE DE LA FONDATION ABBÉ PIERRE

Le directeur de la communication de la fondation Abbé Pierre, Yves Colin, insiste sur le fait que l’intention première d’une image comme celle qui est étudiée, ou plus largement de toutes leurs campagnes de sensibilisations, est d’alerter les pouvoirs publics et d’intégrer la problématique du mal-logement au cœur du débat politique. Ce sont les politiques qui seraient donc visés en premier, via le poids de leurs électeurs. Il n’y a pas ici d’appel direct aux dons, même si ces campagnes ont un fort impact sur ces derniers…
Affiche de publicité pour la Fondation

Entretien conception

Fabrice Lecocq (F.L), de la communauté de production : BDDP & Fils, agence de publicité.

Le mal logement ce n’est pas seulement vivre dans la rue mais c’est aussi vivre dans des logements insalubres, sensibiliser sur le froid cette année là. « C’est ce qu’il y a de mieux pour travailler : un message simple et clair, que les gens sont mal logés et c’est dangereux pour leur vie d’y habiter l’hiver. ».

Voir l’entretien

IMAGE

CAMPAGNE DE LA FONDATION ABBÉ PIERRE

Entretien diffusion

Yves Colin (Y.C), Directeur de la communication Fondation Abbé Pierre.

Cette campagne date de l’année 2011 ? Pouvez-vous nous situer le contexte de création ?
Y.C : Selon le plan média, on l’a sortie la première semaine de décembre 2011.

Voir l’entretien

Entretien reception

Trois collégiennes d’une même classe de troisième.

Montrer que la vie et que les énergies pour se chauffer coûtent cher « les prix sont beaucoup trop élevés, du coup ça prive des gens … » soulevant alors la problématique de la privation (s’acheter du sirop mais pas le chauffage).

Voir l’entretien

Entretien médiation

Le directeur de la communication de la fondation Abbé Pierre, Yves Colin, insiste sur le fait que l’intention première d’une image comme celle qui est étudiée, ou plus largement de toutes leurs campagnes de sensibilisations, est d’alerter les pouvoirs publics et d’intégrer la problématique du mal-logement au cœur du débat politique. Ce sont les politiques qui seraient donc visés en premier, via le poids de leurs électeurs. Il n’y a pas ici d’appel direct aux dons, même si ces campagnes ont un fort impact sur ces derniers…

Voir l’entretien