Étude > CAMPAGNE DE L’ASSOCIATION AURORE
2015

CAMPAGNE DE L’ASSOCIATION AURORE

L’association Aurore, fondée en 1871, héberge, soigne et soutient des personnes en situation de précarité ou d’exclusion et les accompagne vers une insertion sociale et professionnelle. Elle lance sa campagne « Ayons l’élégance » le 28 avril 2015, prenant comme principal sujet les sans-abris et se déclinant en trois images (composées de photographies et textes) détournant les grandes marques de luxe puisque nommées : « YvesSansLogement », « Jean-Paul Galère » et « Christian Dehors – Paris ».
Affiche pour venir en aide aux personnes sans-abri, jeu de mots

Entretien conception

Rémi Noël (R.N), designer graphiste et auto-entrepreneur, interviewé en mars 2016.

Pourquoi avoir choisi cette association et quels ont été vos critères de sélection? Aviez-vous déjà entendu parler d’eux ou bien est-ce au cours de votre recherche que vous les avez découvert?

Voir l’entretien

IMAGE

CAMPAGNE DE L’ASSOCIATION AURORE

Entretien diffusion

Perrine Dequecker (P.D), chargée des relations média de l’association Aurore, interviewée en mars 2016.

Quel a été votre rôle par rapport à ce visuel / ce film / cette campagne?
P.D : Nous avons été sollicité par Rémi Noël après qu’il a créé le visuel. Pour la diffuser, nous avons décidé d’une campagne d’affichage libre car nous n’avions pas de budget publicitaire.

Voir l’entretien

Entretien reception

Perrine Dequecker (P.D), chargée des relations média de l’association Aurore, interviewée en mars 2016.

Aviez-vous déjà vu cette image auparavant? Si oui, où et quand l’avez-vous vue? Aujourd’hui, quelle a été votre première impression quand vous avez vu l’image / le film? Quel sentiment et émotion avez-vous ressentis en voyant cette image / ce film?

Voir l’entretien

Entretien médiation

La campagne«Make a child cry» a été conçue par l’agence DDB Paris pour sensibiliser le public aux actions de vaccination des enfants effectuées par Médecins du monde. Le déroulement de la diffusion de cette campagne a joué un rôle important dans l’impact qu’elle a pu avoir sur le public. En effet la publication, la diffusion télévisuelle et l’affichage se sont faits en deux temps. La première partie de la campagne consistait à exposer le public à une image considérée choquante – la vue en très gros plan d’un jeune enfant en pleurs – accompagnée du slogan «faire pleurer un enfant».

Voir l’entretien